ENVIRONNEMENT

L‘automne : saison des arbousiers à la Dune du Pilat


 

A la Dune du Pilat, la saison des feuilles mortes et des champignons est aussi celle des arbousiers (Arbutus unedo).

 

Cet arbuste de la famille des Ericaceae est cousin du rhododendron, de la bruyère, des airelles ou encore des myrtilles. En observant les fleurs on peut s‘apercevoir de la ressemblance des petites clochettes.

 

Les feuilles ovales à bordures dentées sont persistantes. Les arbousiers formant l‘essentiel des sous-bois de la forêt des abords de la Dune du Pilat, il y reste donc du vert autre que les aiguilles des pins tout au long de l‘année.

 

Les arbouses ont un coeur jaune fondant avec la peau rouge et rugueuse.

 

Comestibles, elles sont légèrement sucrés. De l‘extérieur, les fruits ressemblent un peu à une fraise sphérique. C‘est ce qui vaut à l‘arbousier aussi le nom „d‘arbre à fraises“.

 

Bien que le goût des arbouses soit bien différent de celui des fraises, il est tout aussi possible d‘en faire de la confiture. Ces fruits ne sont cependant pas toujours appréciés, ce qui a valut le nom latin à la plante unedo qui vient de „unum edo“ signifiant „je n‘en mange qu‘une seule“...

 

Les arbousiers ont la particularité de fleurir en même temps que les fruits mûrissent à point. Mais qui a déjà vu des pommiers ou pruniers en fleurs portant des fruits mûrs ? Cela reste extrêment rare, étant donné que cela ne correspond pas à la biologie de ces derniers : au printemps il y a les fleurs ; en été ou automne, les fruits.

 

En revanche, les citroniers ou les cacaotiers produisent fleurs et fruits tout au long de l‘année. Il y apparaissent donc régulièrement fleurs et fruits mûrs au même moment. Ceci est typique des plantes tropicales et subtropicales.

 

Les arbouses mettent un an pour mûrir. C‘est ainsi qu‘en automne, on peut s‘émerveiller en même temps devant les fleurs blanches en clochette et les fruits mûrs de cette plante. Cette particularité de l‘arbousier donne ainsi à cette saison une touche d‘exotisme à cette merveille de la nature qu‘est la Dune du Pilat.

 

 

Catherine Bogs